Partir en vacances pour pas cher. Article numéro un.

Introduction :

A quelques mois maintenant des grands départs des vacances d’été, voici le premier d’une série d’articles destinés à vous aider à partir en congés pour pas cher.

Je vous donne les meilleures combines actuelles pour voyager sans se ruiner, et même pour rien du tout.

Les vacances qui ne coûtent rien :

Ce qui coûte cher dans les congés, c’est le budget hôtel + restaurant, car malheureusement, l’un va rarement sans l’autre, puis le transport.

Dans ce premier article, je liste ce qui ne coûte rien du tout.

Transports gratuits :

 

A pied :

Marcher, c’est lent, c’est long, mais c’est gratuit et ça permet d’emprunter les chemins (et les GR et autres sentiers balisés) et même de passer là où il n’y a pas de chemin du tout.

En version amélioré et plus rapide, il y a le vélo cross (pour ceux que en ont un).

C’est souvent la seule façon de visiter la campagne, les montagnes et tous les coins reculés ou carrément perdus. Et de s’éloigner du bruit, de la circulation, d’être seul, en harmonie avec la nature. Une sensation de liberté, si rare de nos jours.

La marche et/ou le stop, et dodo sous les étoiles. Dans un hamac ou la tente.

Certains ont fait plusieurs fois le tour du monde comme ça, durant plusieurs années et pratiquement sans sortir un sous.

Plusieurs ont publié leurs expériences. Si vous êtes tentés, même à moindre échelle, par une aventure de ce genre, lire un de ces livres, serait une excellente idée car, tout voyage, même à pied et même pas loin, se prépare. La check-list parfaite du voyageur léger (car chaque kilo finit par peser lourd), mais sans rien oublier de l’indispensable, est obligatoire, et se prépare longtemps à l’avance.

Evidemment, pour ce genre de vacances au grand air, mieux vaut partir à la belle saison, et dans un endroit chaud et sec.

Le vélo tout terrain ou VTT, vous permettra d’avancer beaucoup plus rapidement sur les chemins (et les routes bien sûr), tout en étant néanmoins dans la nature.

Mais, vous aurez moins la liberté de pouvoir passer n’importe où, et dans les zones pentues ou défoncées, c’est beaucoup plus fatigant qu’à pied.

Dernier inconvénient du vélo : dans les zones civilisées, un vélo, c’est vite piqué !

Le vélo de route :

C’est évidemment très économique, une fois qu’on l’a acheté…car il y en a qui sont très chers.

On peut faire pas mal de kilomètres dans la journée, mais le vélo de route a aussi des inconvénients, assez nombreux et qui énervent vite, si on n’est pas un vrai mordu de « la petite reine » :

  • C’est fatigant de pédaler
  • On subit le climat (chaleur, vent, pluie)
  • On roule sur l’asphalte, assourdi par la circulation, de plus en plus infernale, et dangereuse.
  • On bouffe du gaz d’échappement à longueur de journée et donc, on se tue la santé au lieu de s’en refaire une bonne.
  • On crève souvent, car on roule sur le bord de la route, là où s’accumulent les clous et autres pièces tranchantes.
  • On transpire comme un phoque en plein Sahara, ce qui impose une douche tous les soirs.
  • Et bien sûr, avec ce genre de vélo, on ne peut pas (ou difficilement) s’échapper, par chemins et sentiers, du monde infernal de la civilisation bruyante, polluée, et surpeuplée.

Mais, ça peut être sympa sur les routes de nos campagnes, loin du flux délirant des automobiles pressées, car idéal pour admirer le paysage (c’est vraiment le gros avantage par rapport à la voiture, de pouvoir s’arrêter n’importe où, sans gêner personne).

En stop :

Pour les longues distances à faire d’une traite, le stop, à défaut d’un autre moyen, et toujours possible, et peut-être même extrêmement sympa, car on y fait parfois des rencontres mémorables.

Pour être un bon auto stopper, il y a des règles de base à connaitre. Sinon, vous risquez de poiroter pendant des heures.

En voici quelques-unes, capitales :

  • Ne pas avoir l’air repoussant, crade ou « dangereux ».
  • Ne pas se poster à un endroit où les voitures roulent à 200 à l’heure.
  • Ne pas se poster à un endroit où il y a un flot continu de voitures car, plus elles sont nombreuses et moins elles s’arrêtent.
  • Il faut une place pour que l’automobiliste puisse s’arrêter facilement et sans danger pour le trafic.
  • Il faut indiquer en gros sur un carton l’endroit où l’on va, sa ville de destination.

 

On vient de voir comment on peut se transporter pour pas un kopek : la marche, le stop ou le vélo.

Il y a encore d’autres méthodes, plus ou moins confidentielles, pour aller d’un point A, à un point B, tous frais payés. Par exemple :

Voyagez gratuitement au USA ou au Canada (même si vous êtes étrangers).

L’Amérique, c’est le pays de la bagnole, tout le monde le sait.

Chaque jour, des millions de véhicules font des milliers de kilomètres, puis sont déposés, après avoir, parfois, traversé tout le pays.

Le problème, c’est que c’est souvent un allez simple, et c’est bien embêtant pour les agences de location ou les propriétaires, qui cherchent à récupérer leurs belles automobiles.

Parfois, ça n’est pas un véhicule qu’il faut transporter mais un colis.

D’où le système appelé là-bas « drive-away ».

Vous ramenez le véhicule au bercail ou l’objet précieux, et on vous paye tous les frais ou, au moins, une bonne partie, en général l’essence, évidemment, plus l’hôtel et les repas, partiellement, sur les longues distances. (c’est au cas par cas).

A noter qu’il n’y a pas que les voitures, mais aussi les caravanes et autres camping-cars, ce qui vous permet de bénéficier de la partie hébergement gratuit.

Ce système fonctionne tant au USA, qu’au Canada voisin et tout le monde peut participer, à condition d’être en règle, âge (23 ans minimum), permis de conduire, visa et autorisation de séjour pour les étrangers.

Il est donc possible de traverser cet immense continent, en long, en large et en travers…pour presque rien.

Drive-Away Photo: Alamy

Les meilleures adresses:

Il y a, bien sûr, les sociétés de location de voiture qu’on connait tous, plus des sociétés spécialisés comme :

  • Autodriveaway.com  
  • Torontodriveaway.com, pour le Canada, mais qui livre aussi les USA
  • Themotohomexperts.com, pour les campings-cars.

 

Et pour la mer ?

Quoi ? Que dites-vous ? Votre rêve, c’est les bateaux, les voiliers, le large.

Comment faire ? un bateau, même petit, ça coûte un bras…

Pas de problème ! Pour vous aussi, il y a une solution (au moins) qui coûte rien.

Des quantités de gens dans le monde ont un bateau à voiles (et autour de la Méditerranée, c’est par milliers).

Mais leur beau voilier reste à quai, parce qu’il faut un équipage pour naviguer en mer. Et le propriétaire est tout seul, avec ses deux bras ballant.

Il a besoin, et il cherche des équipiers, sinon, il ne sort jamais du port, et il paye une fortune en entretien (10% du prix du bateau chaque année), pour rien.

Bien sûr, pour être équipier, mieux vaut avoir des connaissances dans la navigation à voile.

Si ça n’est pas votre cas, et bien prenez des cours. Pas besoin de passer un brevet de capitaine (achetez la casquette, ça suffira).

Et après, à vous les grands espaces maritimes…

Quelques sites pour se renseigner :

 

Logement gratuit.

 

Se loger à l’œil durant ses vacances :

Le logement et la bouffe, c’est vraiment ce qui ruine le touriste dans nos pays où tout est hors de prix, où les professionnels du tourisme  partent du principe que, la saison durant deux mois maxi, on doit faire son année sur les deux mois.

De plus en plus, le touriste local ou étranger, n’est accepté que parce qu’il a du fric et qu’il faut le lui faire cracher.

Tous les projets dit « culturels », ne sont plus que des prétextes pour que le visiteur dépense un maximum de fric sur place. Et c’est pas qu’en France. Partout, partout, c’est comme ça maintenant.

Comment se loger gratuitement en vacances ?

 

Ces dernières années, et surtout grâce à internet, de nombreuses initiatives sont apparues, qui permettent de dormir, voire aussi de manger pour rien.

On peut lister cinq catégories d’offres (mais, il y en a probablement d’autres) :

  1. La protection de la maison durant ses vacances au loin
  2. Les échanges de maisons
  3. Les hébergements offerts, pour un partage culturel
  4. L’hébergement offert moyennant un petit travail.
  5. Des nuits d’hôtels offertes

 

Comment protéger sa maison durant son absence ?

C’est peut-être l’initiative la plus ancienne.

De plus en plus de gens vivent dans des villas, plus ou moins isolées. C’est bien la tranquillité mais, quand on s’absente, gare aux mauvaises surprises au retour. Maison pillée, dépouillée, vidée…la cata.

D’où l’idée de faire garder sa maison durant ses congés. Et pourquoi pas par un tourisme, qui, en échange de la surveillance des biens confiés, s’épargnerait une lourde facture hôtelière, sans parler du restaurant.

Comment passer un mois à New-York sans me ruiner ?

La deuxième possibilité, c’est de confier les clés de votre maison à un touriste qui, en échange, vous confiera les clés de la sienne, qui est située là où vous avez décidé de passer vos congés.

Echange de bons procédés, et de bons sentiments.

L’idée née déjà au siècle dernier, fonctionne très bien, car elle permet de faire de sacrés économies.

De plus, quand, le proprio part à l’autre bout du monde en avion, il vous laisse aussi les clés de sa voiture. Bref, le rêve…et pour pas un rond.

Comment faire pour rencontrer des étrangers quand on ne sort pas de chez soi ?

La réponse est simple : on les invite à la maison. On fait connaissance et on apprend les uns des autres.

Ces dernières années, ce genre de proposition a fleurie, les uns invitant à manger, les autres à dormir, ce qui doit répondre probablement à un besoin de sortir de sa solitude ou de son train-train quotidien, dans ce monde d’individualisme forcené.

Qui peut nourrir mes chats et traire la vache pendant mes vacances ?

J’aimerais bien partir, mais qui va s’occuper de mes animaux ou de mon jardin et, éventuellement des intrus ?

En échange d’une petite activité, vous bénéficiez d’un lieu de villégiature offert, qui peut être un mas à la campagne ou un château, en Espagne ou ailleurs, n’importe où dans le monde.

Mieux que ça, si les travaux demandés sont relativement important, vous pouvez recevoir, en plus, un petit dédommagement financier de quelques centaines d’euros.

Pour gérer toutes ces initiatives, des plateformes sont apparues sur internet. Le choix est vaste en France, encore plus à l’étranger.

Quelques adresses :

www.homelink.fr/, pour les échanges de maisons.

www.couchsurfing.com, pour se faire inviter dans le monde entier et dormir gratos.

www.partirtranquille.com, pour un hébergement gratuit en échanges de services.

Je dors à l’hôtel gratuitement :

Un certain nombre d’offres permettent même de dormir à l’hôtel gratuitement, par exemple :

  • Des offres du genre : Vous payez une nuit, on vous offre la deuxième, ou
  • Vous mangez dans l’hôtel, nous vous offrons la chambre, ou encore
  • Vous répondez à notre questionnaire ou sondage, et vous pouvez gagnez 7 nuits d’hôtels gratuites.

C’est l’offre que fait « Omnigeo », une plateforme d’enquête de satisfaction, sur internet.

Et voilà leur offre, à lire sur leur page d’accueil :

« Les personnes qui participent à l’enquête auront la chance exceptionnelle de bénéficier d’un voucher touristique. Il permet de séjourner 7 nuits dans l’un des hôtels prenant part au programme. Le choix est vaste : le catalogue des hôtels compte près de 1 000 établissements à travers l’Europe ! »

Si vous aimez les jeux et que vous êtes chanceux…

Je reviendrai une autre fois plus en détail sur ces diverses offres car, mon but ici, dans ce premier article, est juste de survoler l’éventail des possibilités qui s’offrent à des personnes non fortunées.

OUI, même vous, même sans argent, vous pouvez, à condition de ne pas être trop difficile, d’être ouvert à tout et à tous et d’être un peu plus malin que la moyenne, partir en vacances et même voyager dans le monde entier, et revenir avec des souvenirs incroyables, et même inespérés.

Entrevennes-04

Photo : Entrevennes

 

Et, croyez-en mon expérience, plus vos conditions de voyage seront modestes, plus vous vous ferez des amis dans le monde entier, ce qui n’arrive jamais à ceux qui préfèrent les palaces, pour le confort ou parce qu’ils ont peur des autres.

A très bientôt pour la suite de vos vacances pas chères.

Des idées, des remarques, d’autres bons plans?…N’hésitez pas à apporter votre petite pierre, afin que tout le monde en profite.

 



Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire ou laisser un trackback à cette adresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *