Partir en vacances pour pas cher. Article numéro trois

En ces temps difficiles, les voyages au bout du monde n’ont plus trop la côte.

Du coup, les voyages en bus et en train reprennent des couleurs. Ils ne sont plus « ringards ».

Et les compagnies se battent à coups de prix cassés et d’offres promotionnelles pour capter cette nouvelle clientèle.

La France et l’Europe en bus pour presque rien :

Les bus sont devenus très à la mode ces derniers temps, depuis que notre ministre de l’économie a promotionné ce moyen de transport, en théorie très pratique, puisque le bus peut aller n’importe où contrairement au train et à l’avion.

Le bus est très économique si on voyage en solo ou en couple. C’est l’idéal pour aller de ville à ville. Plus de galère de parkings, aux tarifs de plus en plus hors de prix.

Du coup, une flopée de nouvelles compagnies sont apparues, qui se battent à coup de prix écrasés.

Parmi elles, la compagnie OUIBUS, qui est la compagnie créée par la SNCF (fr.ouibus.fr), propose des billets dès 5 euros, avec des bus ultra modernes et des sièges comme dans les avions. 45 destinations dont 35 en France.

Un Lyon Barcelone dès 25 euros (3 bus/jour, 9h de trajet). Un Paris Londres à partir de 19 euros.

Eux aussi font des promotions (il faut s’inscrire à leur newsletter pour en être informé).

Eurolines (eurolines.fr./fr) est bien sûr la grande compagnie du bus européenne, et au-delà, que tout le monde connait.

600 destinations dans toute l’Europe. (un Lyon Marseille à 9 euros).

Et, eux aussi, en plus des prix très attractifs, ils proposent des bons plans et des promotions qui permettent de faire encore plus d’économies.

Eurolines propose aussi un PASS EUROPE illimité de 15 ou 30 jours pour 250 ou 350 euros pour les plus de 26 ans (50 euros de moins pour les jeunes).

Suite à l’évolution que vient de connaitre le marché du bus en France, Eurolines vient de créer une nouvelle compagnie spécial France : Isilines, avec là aussi des bons plans et des promos. Comme un Chambéry Marseille à 9 euros. Idem pour un Lille Strasbourg.

Ça vaut qu’en même sacrément le coup.

Et WIFI gratuit dans le bus.

Evidemment, cet attrait soudain pour les voyages en bus a fait aussi naître des comparateurs de prix de bus comme COMPARABUS.com.

Ce comparateur est intéressant pour les informations qu’il fournit. Ainsi un test sur un Marseille Bordeaux, départ le 15 avril 2016, propose beaucoup de solutions, et à des prix très variables et, de plus, pas seulement pour les bus.

Car, on a aussi des résultats pour les trains et les avions, et également pour les offres de BLABLACAR, c’est-à-dire en covoiturage.

Un bus pour 5 euros

 

En bas de page, COMPARABUS nous propose même une petite synthèse du trajet et des propositions fournies :

  • Trajet opéré par : OUIBUS, Isilines, Eurolines, FlixBus, BlaBlaCar.
  • Distance : 505 km entre Marseille et Bordeaux
  • Prix mini : à partir de 12.5€
  • Prix min/max : les prix des billets de bus varient entre 12.5€ et 95€
  • Durée moyenne : 12h45
  • Durée : le trajet dure entre 8h45 et 20h15

 

On constate que :

  • Le prix des bus tourne en moyenne autour des 25 à 35 euros.
  • Ceux du covoiturage entre 45 et 55 euros
  • La SNCF propose un prix à 44 euros puis tous les autres s’envolent entre 90 et 150 euros.
  • Pour les avions, Easyjet est à 96 euros (prix de base). Air France, bien sûr s’envole, c’est le cas de le dire, à plus de 300 euros.

 

Le site BUSBUD (busbud.com/fr) recence (mais ne compare pas), en théorie, les bus et les lignes du monde entier. Bien qu’il y aie pas mal de trous, c’est une mine d’informations. Non seulement, on a toutes les infos indispensables, horaires et prix, mais, en plus, on peut directement réserver sa place.

 

On ne peut pas quitter les « bus pas chers » pour vacances bon marché, sans parler des bus régionaux.

Un certain nombre de Régions de France, comme la mienne, le Languedoc-Roussillon, dans l’idée de privilégier les transports en commun, ont institué une politique de prix des bus (et aussi des trains type TER) à prix sans appel, à un euro ou un euro et demi la place, qu’elle que soit la distance.

Bien sûr, il y a quelques contraintes, mais à ce tarif, ça vaut la peine de se renseigner sur la manière d’en profiter.

 

La France et l’Europe en train pour presque rien :

La SNCF n’a, pour le moment, aucune concurrence sur les rails. Mais, elle en a de plus en plus en dehors.

Ça a commencé par les avions lowcost, puis le covoiture et, maintenant, les bus pas chers.

Du coup, elle aussi a été obligé de s’adapter, afin de tenter de ne pas perdre sa précieuse clientèle. C’est pas gagné mais, elle a les moyens, qui sont ceux de l’état, qui n’est pas, lui, à un déficit près.

Et l’état actionnaire lui laisse le temps de s’adapter, et lui conserve toujours ses faveurs, ce qui lui permet, finalement, d’affronter la concurrence, privé, qui ne dispose pas de la manne étatique.

 

On a vu, plus haut, que la SNCF concurrence les bus à petits prix, à travers sa propre compagnie mais, pour remplir ses trains, elle n’a qu’une solution, celle des prix fracassés.

C’est ce qu’elle fait depuis déjà quelques années.

Elle propose un certain nombre de remises, variables, sur certaines lignes, et à certaines heures seulement (comme les billets PREMS), plus des campagnes occasionnelles de billets à 10 euros, lancées avec force promotions médiatiques.

La SNCF a aussi lancé le TGV lowcost « OUIGO » en 2012, sur certaines lignes, notamment sur Paris-Marseille, avec des places à 25 euros.

Maintenant, OUIGO dessert 17 destinations avec des places à 5 euros (pour les enfants).

Tous les détails sur le TGV lowcost ici : www.ouigo.com

SNCF - OUIGO

 

Pour les autres destinations, desservies par le TGV, la SNCF a lancé un autre produit baptisé « iDTGV ».

Ici, ce sont des promotions, qui font baisser les prix jusqu’à 19 euros au moment de l’ouverture des réservations. Puis, les prix remontent en se rapprochant de la date du départ. En prime, divers services sont proposés dans ces trains, contrairement au OUIGO, qui est garanti « lowcost », donc avec zéro service.

Pour tous savoir sur IDTGV : www.idtgv.com

 

Pour tenter de garder ses ouailles, sans perdre trop d’argent au passage (à niveau), la SNCF a créée une ribambelle d’offres, d’une complexité telle que personne ne peut s’y retrouver (est-ce que ce ne serait pas le but, par hasard ?).

Je ne tenterai donc pas de le faire car c’est trop compliqué pour moi. Mieux vaut jouer avec le calculateur jusqu’à trouver la meilleure solution.

Tout le monde s’en est plain. Mais, évidemment, cela n’a pas changer grand-chose.

La méthode, pour trouver le billet souhaité au meilleur prix, est toujours la même : S’y prendre le plus tôt possible, ne pas être trop à cheval sur les dates et jongler sur les horaires.

C’est rarement simple. Ca n’est pas toujours faisable. Et là, on a généralement droit à une coup de massue.

 

Dernière trouvaille de la SNCF, le TGV POP. Le but avec ces billets, c’est de remplir les places encore vides, alors que l’heure du départ approche, grâce aux réseaux sociaux.

Ce sont des billets aller simple seulement, et uniquement au départ de Paris vers quelques grandes villes de provinces comme Marseille, Montpellier, Bordeaux, Nantes, et quelques autres.

Pour les détails du « POP » système : https://www.tgvpop.com/tutorial

 

Par contre, n’oubliez pas que la SNCF, service public, offre des ristournes systématiques à des quantités de personnes :

  • Chômeurs (- 25%)
  • Personnes âgées, idem
  • Un tarif pour familles nombreuses, idem
  • Un tarif pour les groupes
  • Un tarif vacances, utilisable une fois par an de 25%
  • Sans parler de tous ceux qui ne payent pas le train.

Il faut faire attention car le prix du billet avec cette remise automatique peut, parfois, s’avérer plus intéressant qu’une promo, car les deux sont rarement cumulables.

La SNCF, enfin, jamais avare d’idées, a aussi son programme de fidélisation.

Celui-ci, dans le temps s’appelait « S’MILES », en référence aux miles des compagnies aériennes (voir l’article consacré à ce sujet).

Ce programme a disparu au bénéfice d’un remplaçant appelé : le programme « VOYAGEUR ».

C’est le même système que pour les avions : vous avez une carte et un numéro. Plus vous prenez le train, plus vous consommez chez les partenaires de la SNCF et plus vous accumulez des points.

Et ces points vous permettent de bénéficier de réductions sur les prix, et d’autres avantages.

La carte est gratuite mais, il faut prendre le train au moins une fois tous les 24 mois, sous peine de tout perdre.

 

Enfin, comme pour les bus, certaines Régions, ont mis les TER régionaux à un euro le billet seulement.

Il serait donc stupide de ne pas en profiter, même si, comme d’habitude, il y a des contraintes sévères.

Chaque Région ayant sa propre politique, qui peut d’ailleurs évoluer (surtout actuellement qu’il y a eu des élections et que beaucoup de régions ont changer de format), vous devez donc vous renseigner sur la politique de votre région dans ce domaine.

 

L’agence de voyage des jeunes, Wasteels.com, distribue les billets de train à tarif préférentiel  « Bige », et les informe sur tous les avantages dont ils peuvent bénéficier sur les trains européens.

 

Billets de trains d’occasion :

Tout existe de nos jours, y compris des sites de reventes de billets de train que l’acheteur ne peut, finalement, utiliser. En voici deux, parmi les plus connus :

Le site ZEPASS, qui est une bourse de revente de billets de toutes sortes dont les trains.

On peut y faire d’excellentes affaires. Voilà comment se présentent les offres :

Comparatif - Zepass

 

Le deuxième est spécialisé dans les trains. D’ailleurs, il se nomme « TROCDESTRAINS.com ».

Le site présente une garantie pour le futur acheteur, c’est le fait que chaque billet proposé a été vérifié au niveau de sa validité.

L’autre aspect intéressant, c’est que vous pouvez créer une alerte, c’est-à-dire signaler par avance que vous cherchez un billet de train pour tel jour et sur telle ligne. Ainsi vous êtes averti dès qu’un billet correspondant à votre recherche se trouve mis à la vente.

Le train à l’étranger :

Tous les pays misent sur le tourisme, et font des propositions alléchantes.

C’est le cas pour la visite du pays en train.

Il y a des offres spéciales pour voyager à volonté pendant une, deux ou trois semaines en train, pour visiter plusieurs villes du pays.

Ces offres sont néanmoins assez chères. Il faut donc bien calculer avant si l’offre est intéressant pour vous.

 

J’ai personnellement expérimenté une formule de ce genre.

C’était en Grande-Bretagne, il y a longtemps…au siècle dernier. Le Brit-Rail Pass.

Leur système, qui existe toujours, permet d’utiliser tout le réseau britannique durant la validité du « pass ».

Le terme de « pass » porte bien son nom, et c’est un des aspect les plus intéressant de ce type de carte.

Quand vous avez ce pass, que vous pouvez vous passer autour du cou, vous pouvez monter directement dans n’importe quel train, sans demander quoi que ce soit à qui que ce soit.

 

Quelques avantages particulièrement intéressant du système de « Pass » pour les trains:

  • Ca veut dire que, en particulier, vous n’avez pas à faire la queue au comptoir pour acheter vos billets.
  • Ca veut dire que vous n’avez pas à vous y prendre à l’avance pour acheter les billets.
  • A la dernière seconde, vous vous pointez à la gare, et vous grimpez dans le train que vous souhaitez.

 

Et ça, quand on est en

Vacances

ça vous donne une sensation de

Liberté

qui est vraiment

Formidable.

 

Pour l’Europe, qui bénéficie d’un réseau ferroviaire d’une densité inégalée dans le monde, il existe    l’INTERRAIL PASS, valable dans une trentaine de pays. Valable pour tous les citoyens européens.

Des coupons d’une durée allant de 3 jours à un mois, vous permettent de voyager autant que vous voulez dans un des pays de la liste. Il suffit de prendre plusieurs coupons pour différents pays et de les ajouter à la file pour bénéficier du système dans toute l’Europe.

Si vous achetez un  coupon pour un pays étranger, depuis la France, l’acheminement par le train vers la gare de départ dans le pays en question, vous permettra d’obtenir une remise de 50% de la part de la SNCF.

Avec ce PASS, vous bénéficierez aussi de réductions sur certains ferry et également dans certains  musées.

 

Il y a des quantités de trains en Europe. Impossible de s’y retrouver pour faire un circuit. Par chance, j’ai trouvé un site qui liste tous les trains européens et tous les « Pass » qui permettent à des étrangers de profiter de ristournes.

L’Interrail n’est valable que pour les citoyens européens. Mais il existe d’autres « Pass » pour les non européens.

Ce site est une perle, mais il est en anglais : http://www.europeanrailguide.com/ 

Le site TRAINLINE, avec une présentation sobre et pédagogique, vous permet de réserver très simplement vos billets de trains dans toute l’Europe, en plus de la France. www.trainline.fr

 

L’Inde en train.

On pense toujours à l’avion, la vitesse, la rapidité. Mais le train, surtout en congés, c’est quand même tout autre chose.

Outre qu’on voit vraiment le pays à travers les vitres du train, le train, surtout dans des pays en développement, vous permet de vivre au rythme du pays qui vous accueille.

C’est un monde en soi. Cloisonné certes, mais tellement vivant. Tout ceux qui ont pris, ne serait-ce qu’une fois un train dans un de ces pays « exotique », sans souviennent toute leur vie.

Il faut aussi se souvenir qu’une gare peut cacher beaucoup de choses, des services, spécialement dédiés aux voyageurs munis de billets, qui deviennent alors, des privilégiés.

 

J’ai expérimenté cela en Inde.

Le réseau ferroviaire indien, construit par les anglais, est extraordinaire (comme celui des bus d’ailleurs).

Il y a une gare dans chaque patelin et, de là, vous pouvez faire toute l’Inde. Et c’est pas un petit pays.

 

Vous pouvez en plus le faire pour presque rien…en troisième classe, sur des sièges en bois, et si vous acceptez les quelques inconvénients liés à cette catégorie de billets, notamment la promiscuité. Du monde partout.

Mais, à partir du moment ou vous avez votre place assise, numérotée, et bien à vous, ça ne pose pas de problème. Et, en plus…spectacle garanti…et vous êtes aux premières loges.

Vous pouvez aussi voyager comme un maharaja, avec tout le confort, siège confortable, lit douillé, repas compris et livré dans votre « chambre ». Evidemment, c’est plus le même prix. Là, on se retrouve tout de suite entre gens « du beau monde ».

Tous les trains indiens ont des places spéciales réservées aux touristes. Et dans les gares, il y a un guichet spécial dédié aux touristes, qui vous évite de vous plonger dans la cohue, et la bousculade.

Dernier aspect, très important et unique du réseau ferroviaire indien, c’est que chaque gare a son hôtel à l’intérieur, en général à l’étage, au-dessus des voies. Des zones de repos, jusqu’aux chambres climatisées, offertes aux voyageurs munis de billets, gratuitement. Plus douches, etc.…

C’est très sympa et très pratique quand on arrive à pas d’heure.

Un jour, je suis arrivé à quatre plombes à Bénarès, complètement lessivé après plus de vingt heures de transports consécutifs en bus, en voiture puis en train, dans des conditions « épiques » que je vous raconterai, peut-être, un jour. (Je me suis même retrouvé avec le canon d’une Kalachnikov dans le bide, alors que je dormais comme une pierre, dans ce train). Pour dire que ce trip fut vraiment, disons « spécial ».

Indian Railways

 

Dans un cas pareil, en France, qu’est-ce qu’on peut faire ?

On se retrouve comme une cloche. Tout est fermé. Ville morte. Pays mort. La misère et l’angoisse. Sauf à entrer dans un palace, qui va vous vider vos poches.

 

Mais cette nuit là, à Bénarès (aujourd’hui Vârânasî), pas de problème. Muni de mon billet, j’ai pu m’étendre sur un lit, heureux comme jamais, tellement j’étais crevé.

Je me suis relevé vers les huit ou neuf heures, en pleine forme, prêt pour des nouvelles aventures, et je suis parti à la recherche d’un hôtel.

 

En général, je ne réserve jamais les hôtels en avance, surtout dans ces pays là.

Ma technique est très simple, et c’est exactement ce que j’ai fait ce matin-là, à Bénarès.

Je monte dans un « pousse-pousse » et je demande à mon chauffeur de m’emmener à un hôtel. Et je lui précise le prix que je veux payer.

Ces gens-là connaissent tout et, en particulier les hôtels.

Et je le fait pédaler (à Bénarès, c’était vraiment ça) jusqu’à ce qu’il me dégote un hôtel qui me convienne.

Et, pendant ce temps, je visite la ville, assis, tranquille, dans la fraicheur matinale. Ha ! Beautiful India !

 

Et vous, quels sont vos meilleurs souvenirs ou vos plans de fous ?

 

A très bientôt pour un prochain article spécial vacances…

 



Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire ou laisser un trackback à cette adresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *